Assises de la sécurité routière : les moto-écoles lancées en juillet

il y a 5 ans, 7 mois - 13 Juin 2017, Défi Media Group
Assises de la sécurité routière : les moto-écoles lancées en juillet
Il y aura de nouveaux règlements concernant l’utilisation des motocyclettes. Le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, l’a annoncé jeudi.

Tout instructeur devra suivre un cours de formation de six mois sanctionné par un certificat. Neuf moto-écoles ouvriront leurs portes en juillet, selon Nando Bodha, le ministre des Infrastructures publiques. « On viendra avec un système de grading, c'est-à-dire que les jeunes âgés entre 18 et 20 ans pourront piloter un type de motocyclette, ceux entre 20 et 22 ans un autre type, et ceux âgés de plus de 22 ans encore un autre », a-t-il affirmé.

« Il faut respecter les lois. On doit être sévère. Ce n'est pas possible que des cyclistes circulent sans des gilets fluorescents la nuit », a-t-il ajouté. Ce n'est pas normal qu'il y ait deux morts tous les cinq jours, a surtout déploré Nando Bodha. L'éducation, selon lui, va apporter un changement de mentalité chez les usagers de la route. Mais cela va prendre du temps, a-t-il prévenu.

«Autant de Personnes qui meurent du SIDA»

Le ministre a aussi annoncé que la compagnie suédoise Swedish National Road Consulting AB (SWEROAD) fait une étude sur les dark spots à Maurice. 50 % des accidents surviennent dans 10 % des endroits considérés comme dark spots.

« On ne peut avoir autant de morts. C'est grave sur le plan international. Il y a autant de personnes qui meurent du sida. Parmi les jeunes de 30 ans, its the first killer », a-t-il souligné.

Jean Todt, l'envoyé spécial des Nations-Unies sur la sécurité routière, a souligné qu'il faut « avoir des lois plus strictes et faire un inventaire complet du réseau routier et du parc des véhicules et accorder une attention particulière au dispositif des premiers secours ».

La présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, a parlé des drames des accidentés de la route. « Les premières causes de ces drames sont les comportements dangereux. Les conducteurs doivent assumer leurs responsabilités. Nul n'est au-dessus de la loi. Nous devons sévir contre les automobilistes », a-t-elle déclaré.