Faux permis de conduire : le CCID face à un réseau bien plus étendu

il y a 4 ans, 11 mois - 28 Février 2018, Défi Media Group
Illustration
Illustration
L’enquête sur le réseau de faux permis de conduire démantelé par les Casernes centrales a connu des développements le lundi 26 février.

Le CCID a saisi d'autres documents falsifiés qui seraient liés au cerveau présumé du trafic.

Après de nouvelles perquisitions fructueuses dans la journée de lundi, le Central Criminal Investigation Department (CCID) se retrouve face à un réseau bien plus étendu. Se basant sur des renseignements fiables, une équipe du CCID a procédé à la saisie d'autres documents falsifiés, qui seraient liés à Neezam Hossenee, le cerveau présumé.

De faux permis, des photos passeport et une centaine de copies d'une fiche frauduleusement fabriquée pour berner  les cibles ont été saisis. C'est dans une boulangerie située à côté de la maison du suspect que le pot aux roses a été découvert. Cette fiche, qui porte l'entête de la Traffic Branch, aurait été utilisée par les membres du réseau. Après décompte, une centaine de ces fiches falsifiées ont été récupérées par les enquêteurs du CCID. Ce mardi 27 février, Neezam Hossenee, 54 ans, domicilié à Camp-Levieux,

Rose-Hill sera provisoirement inculpé d'unauthorised access to computer data.

Perquisition

Durant la perquisition, 157 faux permis de conduire et 350 photos passeport ont été saisis. Les enquêteurs estiment que les photos auraient été fournies par ceux qui ont acheté les faux permis. L'enquête devrait s'orienter vers ces individus dans les jours à venir. La police a récupéré plusieurs reçus, de même que des factures du Central Electricity Board, de la Central Water Authority et d'Orange. Ces documents avaient été réclamés par les fabricants de faux permis auprès des demandeurs.

La police a aussi mis la main sur une centaine de copies d'un document rédigé par les trafiquants de faux permis. Il s'agit d'un document utilisé pour berner les victimes. Il comporte des espaces pour les inscriptions des coordonnées du demandeur. Selon les enquêteurs, cette machination se déroulait contre paiement de plusieurs milliers de roupies pour chaque faux permis. Les malfrats faisaient également croire à leurs victimes que la demande pour l'obtention d'un faux permis prenait du temps.

L'enquête menée par les hommes de l'inspecteur Ramdony et du sergent Busgeeth du CCID pourrait connaître d'autres développements dans les jours qui viennent. Cette affaire est suivie de près par l'assistant-commissaire Devanand Reekoye et son adjoint, le surintendant Soman Appaya du CCID.

Le 16 février, Neezam Hossenee avait été arrêté en possession de 147 faux permis de conduire et pas moins de 550 photos passeport. Il s'agit des photos des différentes personnes qui sollicitaient de faux permis. Des tampons ressemblant à ceux utilisés par les Casernes centrales avaient également été récupérés.

Depuis l'éclatement de l'affaire, la police a redoublé de vigilance sur les routes. Nos sources au CCID n'écartent pas la possibilité que plus de mille faux permis seraient en circulation. Des contrôles de routine sur les routes devraient permettre d'identifier les faux permis de conduire actuellement utilisés.