Flambée De Gaz Et Des Carburants : L’ACIM Appelle A Des Protestations De Tous Genres Et Toutes Parts

il y a 9 mois, 2 semaines - 22 Avril 2022, Le Matinal
Jayen Chellum, ACIM
Jayen Chellum, ACIM
Deux hausses majeures en deux jours n’allaient certainement pas passer dans l’entente et la compréhension.

Jayen Chellum, le Secrétaire Général de l’Association des Consommateurs de l’Ile Maurice (ACIM), appelle à une mobilisation générale des ménagères, automobilistes et citoyens engagés envers cette montée des prix, certainement justifiée mais reste évitable d’être puisé des poches des consommateurs.

Dégoût et colère partagé
Nous évoquons ces hausses récentes qui confirment une fois de plus des hausses imminentes. Depuis mardi minuit, le consommateur paye 33,3% de plus le gaz ménager, soit la bonbonne de 12 kg est à Rs 240, la bonbonne de 6 kg à Rs 120 et celle de 5 kg à Rs 100, conséquence d’une réduction de 9,1% de la subvention du gouvernement. Depuis mercredi minuit, les carburants sont à 10 % plus cher depuis la très récente hausse au 26 février où le prix de l’essence était à Rs 61,30 et Rs 45,10 le diesel, soit Rs 6.10 d’augmentation sur l’essence, qui coute actuellement Rs 67.40 et Rs 4.41 sur le diesel, qui coute Rs 49.60.

Ainsi, la hausse est graduelle depuis la majoration des prix du carburant au 30 juin dernier avec la taxe Covid de Rs 2 (l’essence se vendait à Rs 50.70 et le diesel à Rs 37.30). Divers secteurs et commerces attendent encore à ce que le gouvernement décide de leurs nouveaux prix et services. Le pays est à sa troisième hausse des prix des carburants en 4 mois. A savoir, au 28 décembre 2021, l’essence se vendait à Rs 55.75 et le diesel à Rs 41.

« Chaque calcul sera à refaire » annonce un Jayen Chellum tout autant dégouté et pas moins énervé que chaque consommateur Mauricien. « Je maintiens que le gouvernement a toutes les cartes en main pour absorber ces hausses justifiées et ne pas passer ces augmentations aux consommateurs, qui pèseront lourd sur chaque produit et service. La cherté de la vie est déjà le débat de ces derniers mois, et voilà une double peine pour les consommateurs » dit-il. Il ajoute « qu’il n’y a pas d’explications pourquoi le gouvernement ne peut pas alléger la population en coupant dans certains fonds, tel le Solidarity Fund à Rs 1, le Covid Fund à Rs 2, le RDA Fund à Rs1.85, entre autres, des taxes aujourd’hui inutiles. Il n’est plus un secret de polichinelle que tous les surplus amassés sont injectés dans les ministères. Pour en citer la plus récente hausse en 2020, les prix du gaz et des carburants avaient dégringolé. Où sont les bénéfices de cette tendance ? Est-ce juste que la population doit encore puiser de ses poches, surtout avec les temps qui durent ? »

Mobilisation de ménagères et d’automobilistes
Le Secrétaire Général de l’ACIM ne compte pas lutter seul cette fois ci et appelle à la population de manifester leur mécontentement. « Nous avons déjà envoyé notre demande au Commissaire de Police pour une manifestation dans la capitale. Nous demandons à toutes les ménagères de participer à l’Opération Casserole, qui comprend d’arrêter leurs activités à la maison à midi et taper sur une casserole en dehors de leurs maisons pour faire entendre leurs désaccords dans le voisinage à la suite des nouveaux prix du gaz. Je demande aux automobilistes de se montrer solidaires et participer à une Opération Escargot nationale pour créer une sensibilisation en créant des embouteillages. Je leur demande de rouler entre 20 à 30 km/h. Le gouvernement comprendra qu’il devra réviser à la hausse des prix du carburant ».

Est-ce que la manifestions de la colère de la population suffira pour convaincre le gouvernement ?

Les protestions à Camp Levieux ne se sont pas terminés en beauté. Plusieurs habitants ont été interpellés. Depuis 08h30, les habitants ont superposé des pneus pour bloquer les routes et se sont munis de diverses pancartes pour exprimer leurs désaccords en jurant de ne pas bouger tant que le gouvernement ne baisse pas les prix. Par la suite, ils ont mis le feu aux pneus. La police a ensuite intervenu. Le besoin de se manifester est bien présente dans la population.  Cette colère, débouchera-t-elle sur une révolte générale ou des émeutes ?