Infrastructures Publiques : l’Audit Parle de Projets Surévalués et d’un Manque de Transparence

il y a 7 ans, 5 mois - 2 Septembre 2015, Défi Media Group
Infrastructures Publiques : l’Audit Parle de Projets Surévalués et d’un Manque de Transparence
Parmi les reproches du bureau de l’Audit dont le rapport pour 2014 a été déposé mardi 1er septembre à l’Assemblée nationale : les fonds alloués à la Road Development Authority (RDA) et l’argent utilisé en réalité.

Le ministère des Infrastructures publiques a approuvé un budget de Rs 799 millions pour ses projets, mais la somme totale déboursée a été de plus de Rs 1 milliard.

Rs 360 millions ont été allouées pour 22 projets de construction et d’« upgrading » des routes. En réalité, Rs 742 millions ont été dépensées pour cet item. Il est reproché au ministère des Infrastructures publiques de n’avoir pas consulté des auditeurs indépendants pour vérifier les demandes de la RDA.

Le rapport de l’Audit fait ressortir que pour 10 « payment vouchers » totalisant Rs 300 millions, il est impossible de retracer Rs 173 millions concernant 57 projets.

Panneaux de signalisation

Pas de contrôle sur le travail des entrepreneurs qui ont la responsabilité de la maintenance des panneaux et feux de signalisation. L’entrepreneur a bénéficié d’un contrat de Rs 6,9 millions.

Le contrat alloué pour l’installation des Speed Cameras et de leur entretien est de Rs 172 millions. Les sites alloués pour leur installation n’ont pas été approuvés par un comité. Le rapport de l’Audit explique que pour le projet des Speed Cameras sur nos routes, il n’y a pas eu d’étude de faisabilité.

Au sujet des amendes des automobilistes qui ont été pris en contravention, il n’y a pas de suivi pour savoir si elles ont été payées.

La National Development Unit (NDU) a aussi été épinglée pour ses dépenses au-delà du budget prévu. Et son manque de planification et de suivi ; ce qui rend difficile de retracer les sommes dépensées. Il y a aussi des engagements pris sans qu’il y ait les fonds nécessaires. Exemple : la construction de drains après les inondations du 30 mars 2013 ; le coût estimé pour les travaux ayant été surévalué.

L’Audit précise que la NDU doit respecter les « Procurement Procedures » de manière transparente et éthique.