La prochaine Nissan GT-R sera très probablement hybride

il y a 1 année, 2 mois - 11 Novembre 2021, automobile-magazine
Illustration
Illustration
Le PDG de Nissan croit en l’avenir de sa sportive phare, mais cette dernière devra à coup sûr passer par l’électrification pour survivre.

Si nous sommes privés de la nouvelle Nissan Z de 400 ch en Europe à cause de sa motorisation très émettrice de CO2 (un V6 3.0 biturbo), la prochaine GT-R devrait avoir droit de cité sous nos contrées. La raison ? Elle devrait embarquer une motorisation hybride pour la première fois de sa longue histoire. C’est du moins ce qu’a laissé entendre Makoto Uchida, le boss de Nissan, dans une interview donnée à nos confrères anglais d’Autocar : « Nous étudions actuellement de quelle façon nous pouvons l’électrifier. C’est une vraie sportive pure et dure, sans compromis. La Z est faite pour quelqu’un comme moi, qui aime les petites sportives. Mais la GT-R représente le haut du panier et nous devons la rendre viable dans le futur ».

Des propos sans équivoques, qui assurent non seulement une descendance à la R35 mais qui donnent en plus un indice sur sa motorisation qui devrait être surpuissante. Quoi qu’il en soit, Nissan entend bien positionner la future génération de GT-R, qui répondra probablement au nom de code R36, comme l’actuelle : « Nous développons une nouvelle plate-forme pour elle et notre priorité est claire : la GT-R doit être la voiture la plus rapide de sa catégorie. Elle doit dominer un circuit. Et elle doit aussi se réclamer de la meilleure technologie disponible. Ce qui ne veut pas dire qu’il faille absolument la rendre électrique », confie Alfonso Albaisa, patron du design, à Autocar.

Inspirée par le néo-rétro ?
Celle que les japonais surnomment affectueusement Godzilla s’est toujours démarquée par son style massif et musclé. Vu la direction prise par Nissan avec la nouvelle Z, qui n’est autre qu’une réinterprétation des Datsun 240 et 260 Z d’époque, on peut se poser la question du style de la future GT-R. Continuera-t-elle sur la vague futuriste initiée par la GT-R Proto en 2005 (la R35 de série en était presque une exacte copie à sa sortie en 2007) ou reviendra-t-elle au contraire sur un style plus carré comme celui de la mythique R34, popularisée par la saga Fast and Furious et la série de jeux vidéo Need for Speed ? Il est encore trop tôt pour le dire, mais il y a de quoi se réjouir de voir une marque comme Nissan ne pas oublier ses gènes sportifs, à l’heure où les gammes des constructeurs comptent souvent plus de SUV que de voitures plaisir.