Les expatriés britanniques interdits de conduite en Espagne !

il y a 9 mois - 7 Mai 2022, Auto Moto
Les expatriés britanniques interdits de conduite en Espagne !
Le Royaume-Uni et l’Espagne n’étant pas parvenu à un accord suite au Brexit, les expatriés britanniques n’ont plus le droit de conduire dans la péninsule ibérique.

C’est une situation « temporaire », selon le ministère des Affaires étrangères du Royaume-Uni, mais qui en gêne plus d’un. Une situation étonnante : les expatriés britanniques vivant en Espagne depuis plus de six mois n’ont en effet plus le droit de conduire dans le pays.

La cause de cette affaire ? Le Brexit, et la non-reconnaissance mutuelle des permis de conduire, rapporte Bloomberg. Depuis le 1er mai dernier, plusieurs dizaines de milliers de ressortissants n’ont donc plus le droit de prendre le volant. Tant qu’aucun accord n’est conclu entre les deux pays, leur seule solution est de… passer le permis, en Espagne.

Or, cela n’est bien sûr pas pratique, est cher et ne se fait pas du jour au lendemain. La grogne monte, donc, de l’autre côté des Pyrénées. À tel point que le ministère des Affaires étrangères s’est exprimé sur l’affaire. Ce dernier affirme faire pression pour « accélérer les pourparlers » avec les autorités espagnoles. « Nous restons déterminés à obtenir un accord. Le Royaume-Uni a déjà mis en place des accords similaires avec 24 autres pays de l’UE« , rappelle-t-on.

Pas de problème en France pour les expatriés britanniques

En effet, les ressortissants britanniques ne souffrent pas de telles difficultés dans les autres pays d’Europe. En France, un accord est ainsi en place depuis le 28 juin 2021. Les détenteurs de permis de conduire délivrés avant le 1er janvier 2021 peuvent donc continuer à conduire sans problème dans l’Hexagone. Ils n’ont pas à demander d’échanger leur permis contre un permis français.

En revanche, un échange de ce genre est nécessaire pour les titulaires de permis délivrés après ce 1er janvier 2021, souhaitant résider plus d’une année en France. Dans ce cas, les titulaires disposent d’un délai d’un an, suivant leur installation dans le pays.