Renault Captur E-Tech Plug In vs Kia Niro Plug In : outsider contre référence

2 years ago - 28 January 2021, caradisiac
Renault Captur E-Tech Plug In vs Kia Niro Plug In : outsider contre référence
Après avoir laissé de nombreux constructeurs prendre une avance précieuse en matière de technologie hybride rechargeable, Renault s'y est enfin mis en 2020 avec notamment le Captur désormais de seconde génération.

Face à lui, le Kia Niro Plug In souffle cette année sa troisième bougie et fait office de référence dans le monde des SUV « branchés ». Est-ce que le nouveau venu au losange peut directement se hisser sur la plus haute marche du podium ?

Renault a longtemps tardé à se mettre à l'électrification de ses moteurs thermiques mais tout vient à point à qui sait attendre L'année dernière, la marque au losange a en effet enfin dévoilé son système E-Tech en l'appliquant dans un premier temps à trois modèles : la Clio en hybride simple et les Captur et Mégane Estate en hybride rechargeable. Mais c'est le petit SUV qui nous intéresse le plus aujourd'hui puisqu'il a comme autre particularité d'être l'un des plus petits modèles « branchables » disponibles sur le marché et aussi l'un des moins chers.

Sous son capot, on trouve un 4 cylindres 1.6 à cycle Atkinson d'origine Nissan, développant 91 ch et pouvant donner le relais ou travailler conjointement avec deux moteurs électriques aux rôles bien différents. Le premier, de 66 ch, assiste le moteur thermique et peut rester actif jusqu'à 135 km/h alors que le second, de 31 ch, fait office de générateur, récupérant de l'énergie à la décélération pour recharger la batterie puis se chargeant ensuite d'intermédiaire pour alimenter son compère. La batterie, positionnée sous la banquette arrière, offre une capacité de 9,8 kWh et la puissance cumulée atteint 160 ch. Jusqu'ici, c'est une recette relativement classique que vient pimenter la transmission : une boîte de vitesses à crabot à six rapports automatisés et sans embrayage dont l'objectif est de diminuer les frottements ainsi que d'optimiser la compacité tout en offrant 15 combinaisons possibles.

Face à lui, nous avons décidé de placer l'une des références du segment : le Kia Niro Plug-In. Sorti en 2018 et avec une fiche technique largement partagée à l'intérieur du groupe que forme la marque avec Hyundai, c'est une proposition qui a fait ses preuves. Côté thermique, on retrouve un 4 cylindres 1,6 GDI Kappa à cycle Atkinson développant 105 ch et associé à une boîte de vitesses double embrayage à six rapports. Côté électrique, un moteur à aimants permanents offrant 60,5 ch est alimenté par une batterie lithium ion polymère à la capacité de 8,9 kWh, pour une puissance cumulée de 141 ch.

Trois ans dans le monde de l'électrification automobile, c'est une éternité. L'aîné peut-il se faire bousculer par le nouveau venu ? C'est ce que l'on va voir tout de suite.

Aspects pratiques : victoire logique du Niro, plus grand

Le Kia est plus long de 12 cm mais cette différence se réduit à 6 cm au niveau de l'empattement et le Renault profite d'une banquette arrière coulissante de série ! Sur le papier, le match semble plutôt serré mais, dans la réalité, il n'en est rien. Montez à l'arrière du français même avec l'assise la plus reculée possible et l'espace aux genoux reste inférieur à celui du coréen. Mais c'est surtout au niveau de la tête que la différence se fait sentir le plus avec une garde au toit bien supérieur dans le Niro alors que le Captur est plus haut de 3 cm.

Question volume de coffre, la banquette arrière coulissante du Renault permet de limiter les pots cassés en permettant de passer de 265 à 379 litres en l'avançant au maximum, la rendant ainsi quasiment inutilisable pour embarquer des passagers, contre 324 litres pour le Kia. Celui-ci reprend l'avantage en configuration deux places en grimpant jusqu'à 1 322 litres, contre 1 118.

À l'avant, le Renault Captur de seconde génération a fait de sérieux progrès en matière de finition par rapport à son aînée et c'est particulièrement mis en valeur avec cette planche de bord original et moderne avec son écran central au format portrait. Le Kia Niro fait un peu moins bien en matière de choix des matériaux et se montre bien plus classique dans sa présentation mais son habitacle se montre si vaste qu'il ne peut remporter cette partie.

Équipements : le Captur fait très fort

Avec plus de 5 000 € de différence entre nos deux protagonistes à l'avantage du Captur, le Niro part avec un très net désavantage. Cependant, sa dotation de série extrêmement généreuse en finition Design impose au Renault d'aller piocher dans son catalogue d'options pour l'égaler. Il faudra ainsi cocher la case du pack Techno à 800 € pour le radar avant, le grand écran de 9,3 pouces et la navigation et la caméra de recul, du pack Easy Drive à 900 € pour le régulateur de vitesse adaptatif, du pack Cuir à 1 250 € et du chargeur de smartphone à 250 €. Ces ajouts réduisent la différence de tarif à presque 2 000 € avec cette fois-ci un avantage en matière d'équipements en faveur du français avec sa grande instrumentation numérique, son détecteur d'angles morts et sa banquette arrière coulissante.

Large victoire donc dans ce domaine du Renault Captur.

Budget : très serré

Si au niveau des chiffres officiels, nos deux protagonistes semblent faire jeu égal que ce soit pour la consommation ou l'autonomie électrique, on retrouve aussi la même situation dans la réalité avec une moyenne de 5,0 l/100 km et une cinquantaine de kilomètres possibles sans démarrer le moteur thermique avec une batterie autour des 9 kWh. Cependant, avec ses palettes au volant réglant la récupération d'énergie à la décélération, il est très facilement possible de gagner plus d'un demi-litre au volant du Niro.

Avec des tarifs démarrant à 34 850 €, le Renault Captur E-Tech Plug-In frappe fort en étant l'un des hybrides rechargeables les moins chers du marché sans pour autant sacrifier l'équipement puisque le premier niveau de finition avec cette motorisation est Intens. De son côté, le Kia Niro Plug-in démarre à 36 190 € avec sa finition d'entrée de gamme Motion, ce qui donne la victoire sur ce chapitre au Renault.

Sur la route : l'expérience parle

Avec 160 ch pour le Renault et 141 ch pour le Kia avec des masses proches à une trentaine de kilos près, tout porte à croire que le Captur domine largement le Niro face au chronomètre en accélération pure mais la différence n'est pas si importante qu'on pourrait le croire. Le français se montre certes un peu plus vif, avec un 0 à 100 km/h en 10,1 s, soit 7 dixièmes de moins que le coréen, mais ce dernier offre des reprises un peu plus vigoureuses avec ses 50 Nm de couple supplémentaires et sa boîte double embrayage plus réactive que la complexe boîte à crabots automatisée de son rival qui présente de temps en temps de petites hésitations. Il offre de plus un système de régénération sur trois niveaux plus convaincant avec ses palettes au volant face à la simple position B de la transmission du Renault, ce qui permet de gagner quelques kilomètres en conduite électrique en mettant en place quelques notions d'éco-conduite.

Malgré une petite différence de capacité de batterie de l'ordre de 0,9 kWh en faveur du Captur, l'autonomie semble très similaire, tournant autour des 50 km, et les temps de recharge sont aussi extrêmement proches puisqu'il faudra compter environ 3 heures.

En matière de comportement, le Renault marque des points en affichant un meilleur compromis entre dynamisme et confort, le Niro déplaçant le curseur plus près du second aux dépens de la précision de conduite.

Au final, la différence se tient dans un mouchoir de poche mais le coréen offre une plus grande homogénéité générale et un système hybride particulièrement abouti qui lui accordent la victoire dans cette partie.

A retenir

Pour une première incursion dans le monde de l'hybride rechargeable, Renault s'en sort particulièrement bien avec ce redoutable Captur E-Tech Plug In, avec des performances et une efficience remarquables, un comportement routier convaincant ainsi qu'un excellent rapport prix/équipements. Cependant, son système E-Tech offre moins d'agrément que celui proposé par Kia et le Niro Plug In se montre bien plus habitable ce qui, au final, lui donne la victoire d'une très courte tête.