Concessionnaires Du Neuf – La Menace De Licenciement Brandie

6 years, 10 months ago - 16 March 2016, Défi Media Group
Concessionnaires Du Neuf – La Menace De Licenciement Brandie
Les concessionnaires tirent la sonnette d’alarme. Le marché des voitures neuves est en déclin. Faisant face à des difficultés financières, certains d’entre eux songent même à avoir recours au licenciement. Une décision du Conseil des ministres est attendue incessamment.

Depuis 2015, rien ne va plus pour les concessionnaires de voitures neuves. Et pour cause, leurs ventes ont chuté, passant de 7 181 voitures vendues en 2014 à 6 678 véhicules vendus en 2015. Une baisse qui devrait s’accentuer cette année-ci, craignent-ils. Raison évoquée : la « concurrence déloyale » des importateurs de voitures de seconde main.

« Nous ne savons plus à quel saint nous vouer. Pourtant, nous avons logé une affaire en cour. Nous avons même envoyé plusieurs lettres où nous expliquons notre situation au ministère des Finances, mais en vain jusqu’ici. Au rythme où vont les choses, nous n’aurons pas d’autres choix que d’avoir recours au licenciement, car nous sommes affectés financièrement », prévient Raïd Dusmohamud, président de la Motor Vehicles Dealers Association (MVDA), association qui regroupe plusieurs concessionnaires dont Leal & Co Ltd, Toyota Mauritius, Raouf Dusmohamud & Co Ltd, IMC, CFAO Motors, Axess, entre autres.

Toutefois, du côté des importateurs de voitures de seconde main, on insiste que la compétition est saine sur le marché de l’automobile. « Un certain nombre de Mauriciens optent pour des voitures ‘reconditionned’ parce qu’elles sont moins chères (Ndlr : il faut compter Rs 495 000 pour une voiture neuve de 1 000 cc alors qu’une voiture de seconde main coûte à partir de Rs 400 000). Faut-il nous blâmer pour cela ? À notre avis, le cri d’alarme de ces concessionnaires n’est pas justifié. Il n’y a qu’à voir leur showroom avant et maintenant », martèle Zaid Ameer, président de l’Imported Vehicles Dealers’ Association.

Selon nos recoupements d’information, les autorités se penchent actuellement sur la question. Une décision du Conseil des ministres est attendue à cet effet.