Les Singapouriens proposeront un nouveau tracé du Metro Express

6 years, 5 months ago - 5 August 2016, lexpress.mu
Illustration
Illustration
Douze semaines pour revoir le tracé du Metro Express et son financement. C’est la tâche à laquelle devront s’atteler les consultants de la Singapore Cooperation Enterprise (SCE), qui se trouvent actuellement à Maurice.

Déclaration de Nando Bodha à l'express, le mercredi 3 août. Selon le ministre des Infrastructures publiques et du transport en commun, ce n'est qu'à la fin de cette étude de faisabilité que les choses prendront forme.

C'est le second rapport que soumettront les consultants singapouriens aux autorités mauriciennes, après celui de 2013. Le précédent rapport indiquait que le projet de métro léger était «économiquement, financièrement et techniquement viable». Il avait alors été évalué à Rs 24,8 milliards. Mais le métro léger n'est jamais sorti de terre. Il a été mis au placard après les élections de 2014. Avant que le Budget 2016-17 ne le dépoussière.

Rs 7,2 milliards seront utilisées pour financer en partie le Metro Express Project, la nouvelle appellation de ce mode de transport. Ce montant provient de la subvention de Rs 12,7 milliards offerte par l'Inde après l'amendement au Double Taxation Avoidance Agreement. Pour justifier ce projet, Pravind Jugnauth, le grand argentier a, vendredi 29 juillet, affirmé que «le pays mérite un nouveau système de transport avec un réseau de terminal urbain».

Le gouvernement compte débuter par la construction de la gare Victoria sous le système Build-Operate-Transfer. C'est un type d'arrangement dans lequel le secteur privé construit un projet d'infrastructure, le gère et finalement en transfère la propriété au gouvernement.

Le premier tracé du couloir urbain Curepipe–Port-Louis s'étalait sur une distance d'environ 28 km. La phase une devrait durer entre trois et cinq mois. Le nouveau tracé devrait, lui, inclure Heritage City.

«Tout sera transparent et tous les rapports seront déposés à l'Assemblée nationale.»
En mai, au Parlement, Nando Bodha avait déclaré qu'il veillerait à ce qu'il n'y ait ni surcoût ni retard si le gouvernement décidait d'aller de l'avant avec le métro. «Tout sera transparent et tous les rapports seront déposés à l'Assemblée nationale.»

Il avait même affirmé que le projet, s'il renaissait, ne nécessiterait pas d'étude de faisabilité supplémentaire. Ce, en raison des travaux «conséquents» déjà réalisés et le montant payé à la SCE. Toujours selon lui, le gouvernement attend maintenant que les Singapouriens mettent à jour les études déjà achevées.

Le métro léger a, à ce jour, englouti Rs 2,5 milliards. La plus grosse somme, soit Rs 2 milliards, a été dépensée dans l'acquisition de 92 parcelles de terres. Le gouvernement a dû débourser Rs 411,7 millions pour les services des consultants singapouriens.