Permis à Points : Amnistie pour 70 000 Contrevenants

7 years, 11 months ago - 2 January 2015, Défi Media Group
Permis à Points : Amnistie pour 70 000 Contrevenants
Le système de permis à points sera suspendu pour environ deux mois à partir de ce 1er janvier 2015. Le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, l’a annoncé mercredi matin.

Et dans le sillage de cette suspension en attendant de trouver une meilleure formule, une amnistie est accordée à quelque 70 000 automobilistes.

La révision du système de permis à points était une promesse électorale de l’Alliance Lepep et celle-ci est mise en application. Ainsi, dès ce 1er janvier, le système de permis à points est suspendu, le temps de trouver un consensus entre les experts, la police et la société civile pour un nouveau système qui soit « user friendly » et qui en même temps réponde aux nécessités de la sécurité routière.

Face à la presse, mercredi, Nando Bodha a insisté sur le fait que la sécurité n’a pas de prix et qu’un mort sur nos routes est un mort de trop. Le constat, c’est aussi que la cause majeure des accidents demeure la vitesse. Il faut donc voir de façon stratégique comment attaquer ce problème. Selon le ministre des Infrastructures publiques, si le nombre d’accidents fatals a connu une légère régression, de 124 à 118, le nombre de morts reste cependant le même, soit 135. Parmi ces 135 morts, on dénombre une cinquantaine de motocyclistes, une dizaine de cyclistes et quelque 40 piétons.

80 000 flashs

Les chiffres officiels indiquent qu’il y a, à Maurice, 454 420 détenteurs d’un permis. La cinquantaine de speed cameras installées à travers le pays ont flashé 80 000 fois, impliquant 70 000 automobilistes. À ce jour, 21 automobilistes ont vu leur permis être suspendu, un permis a été annulé et trois cas sont en Cour. Pour le ministre Bodha, il est clair qu’il faut revoir le système. D’où la décision de le suspendre pendant quelque temps en attendant de trouver une formule appropriée et qui surtout ne pénalise pas doublement les contrevenants.

Les mesures

Parallèlement, d’autres mesures ont aussi été annoncées. Le ministre des Infrastructures publiques parle du positionnement des speeds cameras, l’introduction de deux limitations de vitesse sur l’autoroute, notamment 80 km/h et 110 km/h, et deux limitations – 60 km/h et 80 km/h – sur les autres routes. Par ailleurs, 80% des cas d’excès de vitesse concernent un léger dépassement de la limite prescrite.

De ce fait, le ministère des Infrastructures publiques prévoit une « tolérance » concernant les limites de vitesse faisant que les caméras flasheront légèrement après la vitesse autorisée. Selon la formule initiale, un automobiliste devait attendre trois ans pour que son compteur soit remis à zéro. Cette période sera ramenée à deux ans, les amendes passeront de Rs 2 000 à Rs 500, la première contravention sera sanctionnée par une amende, la seconde offense par une amende plus forte et c’est au troisième délit que l’automobiliste recevra des points. Les autorités proposent aussi deux types de délits routiers, à savoir la ‘drunk driving’ et la ‘dangerous driving’ et éventuellement une troisième. Une autre innovation, c’est la proposition concernant un programme de réhabilitation pour ceux qui ont dépassé 60 % du maximum de 15 points, soit environ 9 points.

 

Ce programme leur permettra de réduire leur nombre de points accumulés. Une meilleure coordination sera aussi de mise et, dans ce sens, la société civile sera mise à contribution, à savoir l’Association des Consommateurs de l’Île Maurice, Georges Ah Yan et Salim Muthy. Nando Bodha annonce l’introduction du concept ‘moto-écoles’ et une révision de la situation concernant les motocyclistes qui roulent éternellement avec un ‘learner’. Après une certaine période, ces personnes devront impérativement avoir une licence.