Port De Gilets Réfléchissants : Zéro Tolérance Des Policiers Envers Les Motocyclistes Le Soir

5 years, 4 months ago - 24 September 2017, Défi Media Group
Port De Gilets Réfléchissants : Zéro Tolérance Des Policiers Envers Les Motocyclistes Le Soir
Depuis une semaine, les éléments de la Traffic Enforcement Squad de la force policière mènent une campagne de zéro tolérance contre les motocyclistes qui ne portent pas de gilets réfléchissants pendant la soirée.

La police emploie la manière forte à l’égard des motocyclistes qui ne portent pas de gilets réfléchissants le soir. Depuis quelques jours, des éléments affectés à la Traffic Branch et à la Traffic Enforcement Squad (TES) sont présents à divers points du pays une fois la nuit tombée. Leurs tâches consistent, notamment à « sanctionner sévèrement » les motocyclistes pour non-port du gilet réfléchissant, conduite sans phares, ou sans lanternes adéquates, ou défectueuses.

Régions ciblées

Un haut gradé de la police proche du dossier explique que « cette opération à long terme vise à sensibiliser les motocyclistes à l’importance du port de gilets réfléchissants pendant la soirée. Il y a beaucoup d’accidents graves impliquant des motocyclettes qui surviennent pendant la nuit et cela est dû au manque de visibilité des motocyclistes. Ces derniers ont bien souvent tendance à ne pas porter les gilets réfléchissants comme exigé par la loi ».

Au niveau de la cellule de presse de la police, l’inspecteur Shiva Coothen confirme la mise en place de l’opération zéro tolérance. Il déclare qu’une liste des régions où les policiers seront présents a déjà été dressée. Les régions ciblées sont Port-Louis, Cascavelle, Flic-en-Flac et diverses régions du nord, selon des recoupements.

« Les usagers des deux-roues sont imprudents et ont, parfois, tendance à sous-estimer les risques quand ils prennent la route. Toute collision impliquant des motocyclettes peut être fatale. L’idée derrière la répression est de rappeler que le port du gilet est avant tout important pour la sécurité du motocycliste », rappelle Barlen Munusami, auteur du Guide complet du conducteur.

Daniel Raymond, conseiller spécial en matière de sécurité routière au ministère des Infrastructures publiques, souligne que « la répression est le moyen le plus direct du moment pour tacler le non-port de gilets réfléchissants par certains motocyclistes. Porter un gilet n’a aucune contrainte sociale ou économique. C’est juste une question de sécurité routière. Actuellement, la route ressemble à une jungle car chaque usager fait ce qu’il veut. Pour le moment, on doit utiliser la méthode forte car on n’a pas tellement le choix. Mais le ministère mettra en oeuvre bientôt un système de contrôle routier. Ce sera un plan à long terme ».