Terre-Rouge/Verdun : le Dossier sera Référé au CCID et à l’Icac

7 years, 11 months ago - 7 February 2015, Défi Media Group
Terre-Rouge/Verdun : le Dossier sera Référé au CCID et à l’Icac
Une prochaine enquête de la Commission anticorruption (Icac) et de la police n’est pas à exclure par rapport au dossier concernant l’apparition de fissures sur une partie de la route Terre-Rouge/Verdun. Plusieurs zones d’ombre ont été décelées dans le contrat de construction.

Au fur et à mesure que les documents relatifs à la construction de la route Terre-Rouge/Verdun tombent, les officiers du ministère des Infrastructures publiques découvrent des points compromettants. C’est ainsi que l’on apprend d’une source bien informée dudit ministère que des « faits troublants » ont été découverts dans le contrat signé entre l’entreprise BTP Colas et la Road Development Authority (RDA).

Cela porterait sur des privilèges que la RDA aurait négociés auprès du contractant général au profit de six ingénieurs. Notons qu’il incombe à la RDA de superviser tous les travaux publics concernant les infrastructures routières. Face à l’ampleur de la gravité de la situation, le ministère aurait ainsi décidé de référer le dossier au Central CID ainsi qu’à la Commission anticorruption pour une enquête approfondie.

« En prenant connaissance des zones d’ombre entourant la construction de cette route, le ministère ne peut se contenter de mener une simple enquête interne », fait-on comprendre au ministère des Infrastructures publiques. Notons que jusqu’à présent, deux hauts cadres de la RDA, qui assuraient la supervision de l’exécution des travaux de construction de cette route, pourraient être interdits de leurs fonctions pour « négligence et rétention d’informations ». Cette question a été abordée lors de la dernière réunion du conseil d’administration de la RDA, sous la présidence de Max Simonet, qui assure l’intérim depuis le départ à la retraite du directeur général Kadressen Dorsamy.

Entre-temps, le ministère des Infrastructures publiques attend le rapport des experts sud-africains et japonais. Ce rapport, apprenons-nous, proposera des solutions à court terme pour la réhabilitation de la route Terre-Rouge/Verdun, dans le souci de soulager le trafic routier. L’une des options est la construction d’un « by-pass » sur un chantier se trouvant aux abords de l’autoroute. Ce chantier qui est généralement utilisé par des poids lourds, pourrait ainsi être utilisé pour une déviation sur 400 mètres. Le seul hic : le coût des travaux s’avère onéreux.