Veeren Connection : les voitures des prête-noms saisies

5 years, 6 months ago - 7 July 2017, Défi Media Group
Veeren Connection : les voitures des prête-noms saisies
La commission anti-corruption a procédé à la saisie de trois voitures, achetées auprès de la compagnie Sunshine Auto Ltd, par les présumés proches du caïd Peroomal Veeren.

Ce développement est survenu dans la journée du mardi 4 juillet.

Alors que l'enquête de l'Independent Commission against Corruption (Icac) avance à grands pas, une quinzaine d'autres véhicules sont sur la liste des enquêteurs. Il s'agit particulièrement des voitures reconditionnées, de marque japonaise, pour éviter d'éveiller les soupçons des autorités. Car l'Icac estime que ces voitures sont communes dans le pays. En parallèle avec l'interrogatoire d'Aslam Ally Aulum, ce mercredi, la commission compte enregistrer les explications du dénommé Tisebey. Cet habitant du Sud qui opère une flotte de véhicules de location intéresse les enquêteurs de l'Icac. Les hommes de Navin Beekarry veulent déterminer la provenance des fonds, ayant permis au propriétaire de la compagnie d'acquérir ses véhicules.

Parmi les trois véhicules saisis, figure un tout-terrain, une Toyota Vitz et une Honda Vezel. La voiture de la marque Toyota a été récupérée, chez Marie Gianna Annaëlle Gaspard, née Lajoie. Dans le passé, une BMW avait été saisie chez cette même personne par l'Icac, dans le cadre de cette enquête.

En certaines occasions, les véhicules ont été achetés cash, et en d'autres à travers des crédits-bails. L'Icac soupçonne qu'il s'agirait des cas de blanchiment d'argent lié au trafic de drogue, et que dans certains cas, les véhicules auraient été utilisés pour s'adonner aux activités illicites. Jusqu'ici, à la lumière des informations et des documents recueillis par ses enquêteurs, la commission a établi qu'un des véhicules, aurait été acheté chez un concessionnaire de renom. Mais, plusieurs ont été achetés par le biais de la compagnie Sunshine Auto Ltd, située à Eau-Coulée, de 2012 à ce jour. L'enquête vise à établir si toutes les procédures d'importation ont été respectées. Les documents concernant le dédouanement de ces voitures sont aussi passés au crible.

Blanchiment d'argent

Un autre volet de cette enquête de l'Icac a vu l'inculpation provisoire d'Ajmeer Aulum, dans la journée du mardi 4 juillet. Cet habitant de la capitale avait été convoqué au siège de la commission, au Square Triangle à Réduit. Après ses explications, Ajmeer Aulum a été provisoirement inculpé de blanchiment d'argent, devant le tribunal de Port-Louis, avant de retrouver la liberté conditionnelle.

Peu avant la comparution d'Ajmeer Aulum au tribunal, l'Icac a enregistré les explications de son frère Aslam Ally Aulum, dit Gro Kowlé. Ce dernier intéresse la commission anti-corruption, vu les relations qu'il entretenait avec son ancien compagnon de cellule, Peroumal Veeren. L'Icac les soupçonne d'avoir blanchi l'argent du trafic de drogue, sur instructions du caïd Peroumal Veeren émises de la prison, et de trafic de drogue, pour leur compte.

L'Icac veut déterminer le moyen de financement pour l'acquisition d'un bâtiment par Ajmeer Aulum. La valeur de ce bien immobilier, un bungalow situé à Cap-Malheureux, est estimée à quelque Rs 15 millions. L'Icac avait aussi épluché les procédures d'achat entourant deux véhicules tout-terrain, par le frère de l'ancien prisonnier. C'était peu de temps après la sortie de prison d'Aslam Ally Aulum. La commission soupçonne fortement qu'Aslam Ally Aulum serait un des hommes de main, ayant offert ses services au caïd Peroumal Veeren.