TBS: pour une restructuration en profondeur au profit des usagers

il y a 2 ans, 11 mois - 10 Mars 2020, Inside News
Archive Photo
Archive Photo
La Triolet Bus Service, l’une des plus anciennes compagnies d’autobus du privé qui a su résister à l’usure du temps et aux différentes crises qui ont secoué l’industrie du transport

( grève de 1979, grèves générales...) cela alors que d'autres ont disparu, à l'instar de Vacoas Transport, se voit confronté aujourd'hui à une multitude de difficultés d'ordre structurel. Taux d'absentéisme élevé, salaires exécrables, manque de main d'oeuvre, management vieillissant, style de gestion dépassé, une quinzaine de vieux autobus, à l'instar de celui, immatriculé 3722 AG 05, qui coulent comme de panier de pistaches lorsqu'il pleut, manque de communication patronat-employés, relations industrielles laissant à désirer: tels sont les principaux maux qui rongent la TBS.

L'absentéisme est d'une telle ampleur qu'à certains jours, plus particulièrement, les lundis ( "lundi cordonnier", ndlr), en fin de mois ou à l'occasion de fêtes religieuses, de nombreux chauffeurs et receveurs ne viennent pas travailler, cela sans donner des raisons ou excuses valables. De ce fait, le calendrier établi du classement des chauffeurs/receveurs) est chamboulé. Du coup, il y a entre 27 et 30 autobus qui dorment au garage. Selon les témoignages de certains receveurs, "li vrai ki certin travayer na pa pe asim zot responsabilite. Zot bwar samedi ek dimans apre zot pas vinn travay." Selon les mêmes sources, il est soutenu d'avoir une cinquantaine de receveurs et de chauffeurs pour pallier à la situation.

En revanche, il est un fait que la TBS, dirigée par un partenariat, regroupant quatre familles: Nundlall, Aumeer, Baichoo et Sewraz, est la seule compagnie d'autobus qui emploie plus de femmes. Ces femmes receveurs, dont certaines d'entre elles, sont d'anciennes ouvrières de la zone franche reconverties, assumant dignement leurs responsabilités ne s'absentent jamais pour un oui ou pour un non ou encore pour des raisons injustifiées. La question se pose: combien les femmes peuvent-elles faire en termes de volume de travail, ponctualité, de rigueur, de sérieux, discipline pour suppléer aux hommes?

Moyennant un salaire de Rs 700 – Rs 750 par jour, de receveurs déplorent le fait de percevoir que Rs 350 – Rs 400 pour quatre heures supplémentaires par jour.

Les styles de gestion et de management, ainsi que les mauvaises relations industrielles sont décriés. "Pour la moindre erreur qu'un receveur puisse commettre ( un ticket mail taillé, un passager qui ne paie pas son ticket...) il se fait maltraiter et injurier par le Board", se plaint un receveur. "Aussi, il y a des cas, où certains, étant en congé, qui viennent remplacer un autre collègue, il se fait remonter les bretelles pour une simple faute commise. C'est décourageant", avance un autre receveur.

Toujours au niveau des relations industrielles, de groupes d'employés déplorent le fait que leurs pairs à la CNT ont touché une hausse salariale de Rs 1 000 et qu'eux, ils n'en ont rien obtenu.

Dotée de son propre garage et d'un service d'entretien, cette compagnie d'autobus importe elle-même ses pièces de rechange. De ce fait, contrairement aux autres compagnies, à la TBS dès qu'un autobus tombe en panne en chemin, un autre autobus vient le remplacer et celui qui est en panne est vite réparé.

Il faut dire que la TBS s'est montrée avant-gardiste en introduisant les Smart Buses en avril 2016. Wi-Fi, télévision, port USB pour recharger les téléphones portables... Voilà ce qu'on peut trouver dans les huit nouveaux Smart Buses de la TBS.

Toutefois, la TBS qui détient jalousement le monopole sur plusieurs lignes dans le nord du pays ( Triolet, Trou aux Biches, Pointe aux Piments, Cap-Malheureux, Grand Baie, St-Antoine...) et Pointe aux Sables, Tour Koenig sans s'inquiéter d'une quelconque concurrence, vient de s'engager dans le service Feeder Buses avec l'avènement du Metro Express. Par conséquent, des autobus assurant la desserte sur certaines lignes à des horaires et même ceux engagés dans le service express sont supprimés. Le comble est que des usagers du transport se retrouvent sur la touche. Ils poireautent en file d'attente aux arrêts pendant plusieurs minutes, voire plus d'une heure. "Scandaleux!", crient avec raison des usagers.

De ce fait, dans une perspective de satisfaire les passagers sur toutes les lignes desservies par la compagnie, la direction de la TBS est appelée à se renouveler, insuffler du sang neuf. Cela en vue d'une restructuration en profondeur au profit des usagers et à la satisfaction de tous: employés, directeurs et actionnaires.