Transport scolaire: le chauffeur et les parents doivent communiquer

1 year, 1 month ago - 9 December 2021, lexpress.mu
Transport scolaire
Transport scolaire
Quelques chauffeurs de van scolaire s’interrogent en cette fin d’année. Avec les cours suspendus depuis novembre, comment feront-ils pour payer leurs dettes en cette période ?

Prêts, assurances, dépenses au quotidien, tout un casse-tête. L’Association of School Bus Owners prône une discussion entre les chauffeurs et les parents d’enfants pour trouver un accord.

Depuis quelques années, Priya (prénom fictif) exerce comme conductrice de van scolaire. «C’est mon gagne-pain.» Mais aujourd’hui, elle ressent tout le poids de ce travail. «J’ai des dettes et je ne sais comment les rembourser. Depuis novembre, nous ne travaillons plus. Et décembre, c’est pareil. Nous n’avons pas le droit de faire d’autres courses car notre permis est uniquement pour transporter des écoliers.» Elle ajoute que plusieurs parents n’ont pas honoré leur dû, au prétexte qu’il n’y a pas d’école. Elle s’en remet aux autorités pour l’aider…

Cette situation, Shameem Sahadut, de l’Association of School Bus Owners, la connaît. Mais il estime que la meilleure solution reste, sans conteste, la communication. «En début d’année, le parent et le chauffeur ont déjà établi un accord. Donc, j’espère que le parent va respecter son engagement.» Rechercher une aide du gouvernement ne sera pas possible, soutient le porte-parole de l’association. «Nous ne sommes pas en confinement. Il n’y a aucune aide que le gouvernement puisse nous donner

Il ne faut pas oublier que le chauffeur de van scolaire a aussi des engagements envers la National Land Transport Authority et l’employé qui l’aide pour le transport des enfants. «Nous savons qu’il y a des parents qui font face à des difficultés financières et qui ne pourront honorer leur engagement. Alors ils pourront à travers le dialogue expliquer leur situation auprès du chauffeur et trouver un accord.»